Il y a quelques jours, deux exactement, je voulais une robe.

Je la voulais assez près du corps mais quand même pas trop moulante, il ne faut pas exagérer non plus.

le modèle Kyoto tombait pile dans ce que je voulais, confortable, simple, avec quelques petits détails sympa, comme le dos ouvert et les bracelets de manches dans deux tissus contrastants.

J'ai assemblé la robe presque entièrement à la surjeteuse, sauf l'ourlet du bas de la robe et le biais posé à l'ouverture du dos.

Le tissu choisi, je l'avais déjà utilisé pour réaliser un pantalon pour ma fille cadette, le pantalon loose (clic-clouc)

Seulement, je le voulais "aussi", ce tissu, pour réaliser ma robe.

Après une analyse des différentes pièces, des contorsions pour les placer, mon cri de joie... (non, j'exagère, j'étais juste contente quoi)

Sauf, oui, il y a un "sauf", le devant de la robe qui est normalement coupé en une seule partie ne rentrait pas. 

Une seule solution, la couper en deux parties, comme les pièces du dos, pour pouvoir utiliser "the tissu".

Allez, je vous en montre déjà un morceau.

DSC_0716

 

Modèle "maison Victor"  janvier-février 2016

Le tissu est un "tissé élastique", avec des flocons. J'aurais pu dire des ronds, mais comme il neige en ce moment, ça le fait mieux avec le paysage. Je l'ai trouvé en coupon au marché du tissu de Namur.

Par contre, au niveau taille, heu, j'étais vraiment flattée, ça taille grand quand même "la maison Victor"

J'ai repris mes mensurations à deux reprises, même trois pour être honnête. 

Et jusqu'à la fin, je ne savais vraiment pas si j'allais rentrer dedans. Et oui, je ne suis pas du tout une adepte des toiles, je n'en fait JAMAIS. 

Une taille 34 pour le haut et un 36 pour le bas,

je crois que je n'ai plus fait une taille pareille depuis, ouf...un bon moment, en tout cas, c'est très lointain.

Au final, elle tombe pile-poil, yes.

La robe se porte aussi bien avec que sans ceinture.

J'en ai essayé plusieurs : brune, grise, sans, étroite, large, avec petites bottes, grandes bottes.

un petit montage photo et une fille (moi) qui s'est amusée à faire les photos d'elle toute seule.

Robe Kyoto1

 

Les bracelets de manches sont bi-matières.

J'avais une petite chute de jersey noir dans mon tiroir à chutes. On peut dire qu'il tombait vraiment bien celui-là.

Pour l'ourlet, j'ai surjeté le bord à cru et réalisé un triple point (point élastique) après avoir replié un bord d'un centimère et demi exactement.

DSC_0719

DSC_0746

 

La deuxième originalité du modèle, après les bracelets de manches, se passe dans le dos.

L'ouverture est croisée et bordée de biais, replié entièrement sur l'intérieur.

DSC_0724

 

oui oui, je regarde le mur!!!

DSC_0725

DSC_0728

 

L'encolure est garnie d'un liseré dans le même tissu que la robe, replié en deux et assemblé également à la surjeteuse. 

DSC_0721

DSC_0717

DSC_0730

DSC_0733

DSC_0740

 

A bientôt, fin du mois pour la première "capsule"